Soutenir Zocalo

Afin d’accroître la visibilité de ses membres et de stimuler le marché de l’art à prix abordable, Zocalo lance LA POSTE, une campagne de financement fringante qui suscitera la curiosité!

Zocalo propose une façon originale de soutenir le centre d’artistes en adhérant à la campagne de financement LA POSTE. Les collectionneurs/euses et amateurs/rices d’art recevront 4 œuvres d’artistes membres de Zocalo sous forme d’abonnement annuel d’acquisition. Les fonds recueillis serviront à la poursuite des projets collectifs dédiés aux membres et à l’entretien des équipements en atelier.

Seuls 50 abonnements sont disponibles à la vente qui s’effectuera en ligne suite au dévoilement des œuvres. Le public, les membres et nos partenaires sont conviés rencontrer les artistes et découvrir en primeur les œuvres le jeudi 2 mai dès 15h au Café le 3e lieu situé au 213 St-Jean dans le Vieux-Longueuil.

Les artistes Yannick De Serre, Nancy Lambert, Élise Massy et Myriam Tousignant ont réalisé une édition ou une série de 50 estampes originales en exclusivité pour LA POSTE. Les adhérants/es recevront par envois postaux une oeuvres par artiste à la fin des mois de juin, août, septembre et novembre 2019.

 

Chaque envoi contient dans une enveloppe cartonnée :

  • Une œuvre d’art montée sur un carton mousse sans acide retenue par des petits coins emballée sous cellophane;
  • Un certificat d’authentification signé par l’artiste détaillant les informations de justification de l’estampe;
  • Une documentation précisant sa démarche de création ainsi qu’une brève notice biographique de l’artiste.

 

Informations pratiques

Chaque estampe est de format 15,4 x 20,32 cm (6 x 8 pouces). Le format classique du support 20,32 x 25,4 cm (8 x 10 pouces) présente un passe-partout pour un encadrement standard clef en main tout en protégeant l’œuvre.

 

Encadrement professionnel

Zocalo, centre d’artistes en partenariat avec Encadrement Tout Autour propose avec l’achat d’un abonnement l’encadrement professionnel des 4 œuvres à prix concurrentiel. L’encadrement est constitué d’un montage en boîtier flottant 5/8e de pouce de profondeur avec une moulure de bois blanche. Il est à noter que ce forfait est offert au Québec seulement, puisque l’acheteur/se devra récupérer sa commande complète directement au détaillant situé au 5500-A Rue Fullum, Montréal, QC H2G 2H3.

 

Envois postaux

Les adhérants/es recevront par envois postaux une oeuvre par artiste à la fin des mois de juin, d’août, de septembre et de novembre 2019. Il est possible d’offrir en cadeau un abonnement à LA POSTE en inscrivant une adresse d’expédition personnalisée. Les envois sont gratuits partout au Canada, cependant certains frais seront chargés pour les envois internationaux et aux États-Unis.

Oeuvres de l’édition 2019

Yannick De Serre

Yannick De Serre explore les pratiques élargies de l’estampe et du dessin. La solitude, le vide et l’abandon émergent, en toute subtilité, de l’ensemble de son travail à caractère intime.  Ces œuvres relatent l’universalité du ressenti propre à chacun.  Une ‘’douce violence’’ émane de sa façon de traiter l’œuvre et son sujet. Le spectateur est donc amené à vivre une expérience contrôlée à travers laquelle il peut y trouver écho. C’est dans la contemplation que l’œuvre de De Serre prend tout son sens.

 

Biographie

L’artiste Yannick De Serre est détenteur d’un baccalauréat en arts visuels de l’Université Laval.  Il expose à travers le Québec en plus d’assurer une présence dans les grandes foires internationales (Papier-2015 à 2018, Art Basel-2013, TIAF-2011, Sydney et New-York-2010).  En 2012, le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul acquiert l’une de ces œuvres. Depuis, nous retrouvons ces œuvres dans de nombreuses collections privées et institutionnelles. La production récente de l’artiste met l’emphase sur l’omniprésence du vide dans nos vies respectives, et ce, par l’entremise de techniques épurées, voire minimalistes.  À l’hiver 2018, Yannick De Serre a également réalisé une résidence de création soutenue par le CALQ et le CAC au Centre Arteles en Finlande.

Yannick De Serre, Nos adieux..., 2019, Graufrage et monotype rehaussé à la main sur papier BFK Rives, 50 Variantes, 15,24 x 20,32 cm

Nancy Lambert

Le travail de Nancy Lambert a toujours été une sorte de documentation de son vécu nonobstant le sens journalistique de l’archive. Comme le processus de réalisation d’une œuvre en gravure traditionnelle est long et complexe, l’artiste retient par croquis, et de plus en plus par cliché photographique, des moments exceptionnels qui la touchent par la façon dont ils s’inscrivent dans un temps changeant. Chaque gravure incarne, alors, tout simplement un moment de son passage. Elle documente le chevauchement de la vie sur la mort, de l’anonymat sur la célébrité, du personnel sur l’institutionnel. Chacune de ses estampes rend visible le hasard du moment, chaque situation donnant une multitude de significations latentes et explicites.

L’émotion qui pousse l’artiste à essayer d’arrêter le temps est cristallisée dans sa production. Car même si on ne peut aller à l’encontre de la qualité évanescente des moments privilégiés, la permanence relative d’une gravure ne peut être niée.

 

Biographie

Doublement diplômée de L’École des beaux-arts de Montréal (communication graphique et pédagogie de l’art) Nancy Lambert a poursuivi en gravure chez Yves Gaucher et Albert Dumouchel. Elle a terminé des études en philosophie/art éducation à L’Université Concordia avec une Maîtrise et un Doctorat. En tant que formateur-des-maîtres en arts, elle a travaillé pendant trente années à l’Université de Montréal en tant que professeur titulaire. Gagnante des premiers prix BIAM 2012 et prix Télé-Québec BIECTR 2013 ainsi que le prix Galerie Piroir BIECTR 2013, elle a eu une exposition solo comportant 123 gravures à la Maison de la Culture Mercier en 2015. Actuellement, son travail en gravure et en reliure se fait principalement à son atelier à Saint-Armand.

Nancy Lambert, 09/10/18 11:05:17 (14 secondes), 2019, Héliogravure, intaglio sur cuivre et rehauts à l’encre de couleur sur papier Saint-Armand, Épreuves identiques, 10 suites de 5, 15,24 x 20,32 cm

Élise Massy

L’image fascine Élise Massy, surtout lorsqu’on joue à questionner ses conventions et sa représentation. S’amusant à réinterpréter diverses imageries trouvées ou empruntées, elle explore le déplacement qui s’opère entre l’image ancienne ou déjà vue et sa réactualisation. L’artiste joue, hybride, pastiche, crée des dialogues d’opposition ou de complémentarité. Elle articule son discours autour du regard et du langage, comment, par exemple, ils participent à la catégorisation, à la création de différences ou de ressemblances. Massy est attirée par la figuration, la représentation réaliste et les médiums et techniques traditionnelles telle l’estampe. Sa recherche sur l’image et sa matérialité se déploie en empruntant les outils, les codes et le langage de l’artisan, du collectionneur et de l’anthropologue.

 

Biographie

Élise Massy réside et travaille à Montréal. Elle est détentrice d’un baccalauréat en création multimédia interactif de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (2006) et d’un baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (2011).  Elle a participé à plusieurs expositions de groupe, dont la Biennale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières (2017) et la Foire d’art contemporain de St-Lambert (2017). Elle a aussi participé à des expositions solos dont une à ZOCALO, Centre d’artistes en art imprimé (2016) et une autre au Centre d’exposition de Val D’Or (2013). Elle étudie présentement l’impression textile au Centre de recherche en design et impression textile de Montréal.

Élise Massy, Petite scène d’extérieur à la règle, 2019, Gravure sur bois, intaglio sur plaque photopolymère et gaufrage sur papier somerset, 50 Épreuves identiques, 15,24 x 20,32 cm

Myriam Tousignant

Artiste multidisciplinaire, Myriam Tousignant expérimente avec les médiums de l’impression, de la peinture, du dessin et de l’installation. Ses images possèdent une dimension volontairement nostalgique qui porte sur la commémoration, la spiritualité et les affects. Ainsi, sa pratique du portrait est tournée avant tout vers le sujet. Il est abordé comme le lieu d’introspection permettant de poser un regard sur les autres et sur soi.

Depuis peu, il s’est opéré une transformation au sein de sa pratique et le portrait est dorénavant envisagé sous un aspect psychologique. Les portraits que l’artiste appréhende sont ceux de gens de son entourage et ils se présentent sous la forme de récits déconstruits, prenant vie dans un univers ou se décline des représentations d’objets, de scènes et de moments tirés d’une archive photographique personnelle. L’emphase de ces œuvres est mise sur la relation entre ces différents éléments, créant ainsi une symbolique capable de faire image et de représenter la personne.

 

Biographie

Myriam Tousignant est une artiste multidisciplinaire qui privilégie les techniques des arts d’impressions, de la peinture et du dessin. Elle est titulaire d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec à Montréal et enseigne au niveau collégial. Depuis le début de sa carrière, elle a participé à plusieurs expositions collectives et solos au Québec, notamment au centre l’Écart et à la galerie d’art de Matane. À l’hiver 2019 elle effectue une résidence aux Studios Éphémères au métro Longueuil, pour y présenter son projet multidisciplinaire Maskipêche. Elle est également impliquée dans sa communauté et siège sur le conseil d’administration du centre Zocalo.

Myriam Tousignant, Tissage (frère et soeur), 2019, Intaglio sur plaque de photopolymère, et impression numérique sur papier Arches, 25 Épreuves identiques, 15,24 x 20,32 cm
Myriam Tousignant, Tissage (la prise), 2019, Intaglio sur plaque de photopolymère, et impression numérique sur papier Arches, 25 Épreuves identiques, 15,24 x 20,32 cm

Remerciements

Zocalo, centre d’artistes remercie chaleureusement les partenaires qui ont généreusement contribuer à la mise en œuvre de campagne de financement et à son évènement de lancement.

Crédits

Photographie: Jean-Michael Seminaro

Illustrations: Stéphanie Nuckle