Galerie virtuelle

Babel ou les continents de l'imaginaire de Claire Lemay

Depuis 2014, faisant l’apprentissage des outils numériques, je construis des images.

Ainsi s’est formés au cours des ans, des jardins de végétaux qui rappellent l’envoûtement de l’art moyen-oriental, des quartiers où les maisons alignées évoquent le foisonnement de la ruche, des cités radieuses plus bleues que les murs de Chefchaouen. Une variation sur un sujet qui engendre une géométrie formelle aux confins de l’abstraction. S’invitent sans prétention au milieu des pixels flamboyants, les personnages de Jérôme Bosch, une incursion dans mon univers virtuel.

 

Babel, récit imaginaire d’une ville où les habitants, dans un sentiment de présomption et de supériorité, aspirent à toucher le ciel sans se soucier de ce qui les entoure. Une autre interprétation dont celle appartenant à l’empire de Babylone, aujourd’hui l’Irak, perçoit cette ville comme un lieu symbolique de mixité et d’interculturalisme. La multiplication des langues et la cohabitation des races dans les grands ensembles urbains sont la preuve que la pluralité est plus riche que l’uniformité. Je joins cette pensée qui donne à Babel une dimension toute contemporaine que je traduis dans mes tableaux par la multiplication de sujets et d’éléments qui se côtoient.

 

Dans notre monde contemporain, la surcharge d’informations et d’images, le magnanime et l’odieux cohabitent dans un précaire équilibre de force. Ainsi se forment dans Babel des montagnes joyeuses, des lacs roses, des maisons engrenées les unes aux autres dans un univers utopique. Dans ces continents de l’imaginaire le temps s’immobilise et l’avenir pointe son nez. Se côtoient époques du passé et univers futuristes. De même que la gravure traditionnelle fait place à l’estampe numérique. De même que la gouge et le ciseau cèdent le pas aux outils du logiciel Photoshop, parfois les deux médiums s’entremêlent pour se courtiser, se compléter.

Dans Babel ou les continents de l’imaginaire, je libère une fantaisie sans structure apparente et conserve l’écho d’un monde virtuel en choisissant d’utiliser la couleur pour son pouvoir évocateur de joie et d’émerveillement.

 

Claire Lemay 2022

 

——–

 

L’estampe sous toutes ses formes

 

Claire Lemay est bachelière en arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal et en pédagogie de l’Université Laval. Elle vit et travaille à Longueuil. Elle s’intéresse à tout ce qui touche les arts imprimés, de la gravure traditionnelle à l’estampe numérique. En 1992 elle participe à la fondation de l’atelier Zocalo qui deviendra un centre d’artistes autogéré.

Depuis 1987, elle participe à de nombreux évènements nationaux et internationaux dédiés à l’estampe originale notamment au Mexique, Pologne, France, Portugal et Chine.

En 2002 elle remporte le Prix d’excellence du Conseil québécois de l’estampe lors de

la 2e Biennale de Montréal et en 2003 le Prix Loto-Québec lors de la 3e Biennale internationale de Trois-Rivières. Elle a reçu des bourses du Conseil des arts du Québec et du Conseil des arts de Longueuil. En 2009 la Ville de Longueuil lui remet le Prix Hommage à un bâtisseur de la culture.

Ses œuvres figurent dans plusieurs collections publiques et privées au Québec et à l’étranger.

www.clairelemay.com

clairelemay@hotmail.com

 

Sa plus récente exposition en solo 

https://youtu.be/sHeElsEQsn8